Annuaire Pro Drone

Rechercher un Pro

RENCONTRE AVEC MONSIEUR BOUTON JEUNE GERANT ET CREATEUR DE LA SOCIETE DRONE PHOENIX

Monsieur Bouton, bonjour et merci de nous accorder un peu de votre temps…
En quelques mots mais pour mieux vous connaître, pouvez-vous nous parler un peu de vous et surtout comment êtes-vous devenu opérateur de drones ?

Bonjour et merci de me donner cette opportunité. À la base c’est avant tout une passion, comme la majorité des pilotes je pense, j’ai commencé par l’aéromodélisme quand j’avais 9 ans (il y a 10 ans déjà), ça a été une vraie passion pendant plusieurs années, construire des avions, les piloter … un régal. Puis, j’ai commencé à faire de la vidéo, avec une vieille caméra embarquée, où je filmais tout type de sport et que je diffusais sur YouTube. J’ai donc appris les bases du montage et du cadrage en autodidacte pendant mon adolescence. Quand j’ai appris l’existence des drones et les images que l’on pouvait tirer avec, j’ai tout de suite cherché à savoir comment faire. Du coup, j’ai travaillé pendant tout un été pour me payer une formation de pilote de drone. À mes 18 ans, grâce à mes économies, j’ai pu m’acheter mon tout premier drone (qui me suis encore aujourd’hui). Ensuite, 11 mois plus tard (donc depuis février 2020), avec le soutien de mes parents, je me suis lancé dans cette folle aventure de l’entreprenariat en fondant ma petite société : Drone-Phoenix

 

Drone Phoenix est spécialisé dans l’audiovisuel, mais pas uniquement. Pouvez-vous nous présenter vos domaines d’activités ?

À la base, je comptais faire uniquement des prises de vues par drone pour les particuliers et les professionnels. Puis, au fur et à mesure des contrats, on m’a de plus en plus demandé de réaliser des vidéos de A à Z avec des plans au sol et du montage. Aujourd’hui, je réalise des vidéos de A à Z pour les professionnels, tout en proposant des prises de vues par drone pour compléter les images au sol. Également, je vais bientôt proposer, au sein de mes services, un nouveau procédé de prise de vue aérienne : le drone FPV. C’est un projet que je développe depuis la création de mon entreprise. Désormais, à partir du 01 janvier 2021, je serai en mesure de réaliser des prises de vues par drone FPV. Donc un autre moyen pour apporter une valeur ajoutée à toute mes réalisations.
Donc en soit pour résumer, je peux réaliser des prises de vues au sol, des prises de vues aériennes en drone classique et en drone FPV ainsi que réaliser toutes les parties post-production (montage, étalonnage …). Je fais également un peu d’inspection techniques (suivi de chantier, ortho photo …)

Cette activité des drones est relativement récente mais on commence à voir une régulation de la filière et moins de débordements. Est-ce votre sentiment ou au contraire déplorez-vous encore certaines pratiques ?

On a, plus ou moins, la chance que ce type d’activité soit réglementé, car sinon cela aurait été vite la pagaille. À mon sens, je pense qu’il est bon d’avoir instauré une législation autour de ça. Cependant, il y a certaines choses qui sont, pour ma part, inutiles. Aujourd’hui, les drones récents sont très fiables (et heureusement) et le risque d’accident est vraiment faible mais il est présent. C’est pour ça que, en tant que télé pilote professionnel, on est amené à évoluer dans des zones à risques (en agglomération par exemple) et où la mise en place d’un protocole de sécurité est vraiment indispensable. Malheureusement, je constate aujourd’hui que beaucoup de pilotes de loisir ne connaissent pas grand-chose à la réglementation.

 

Finalement le drone n’est qu’un outil au service d’applications très diverses ?

Le drone c’est une plateforme, à laquelle on va venir poser une (ou plusieurs) caméra et récolter les informations dont on a besoin. L’intérêt du drone dans l’audiovisuel, c’est de pouvoir apporter une nouvelle perspective hors du commun. C’est vraiment une forte valeur ajoutée lorsque l’on intègre cet outil dans une vidéo promotionnelle d’une ville par exemple.

 

Comment voyez-vous l’avenir de cette filière d’un point de vue global et plus précisément avec cette crise sanitaire sans précédent ?

Je pense que la filière du drone a encore de belles années devant elle. Le marché est en pleine expansion, les nouvelles technologies permettent d’obtenir des choses qu’on pensait impossible il y a encore quelques années (ou alors par le biais de moyen très onéreux). On l’a tous vu durant la crise sanitaire, les drones de la gendarmerie qui surveillent les habitants. Je pense que le drone ne peut être que bénéfique (en fonction de son utilisation bien sûr), mais dans le sens où il peut apporter de nouvelles solutions, parfois dans des temps record, et en sécurisant certaines opérations. L’avenir est encore devant.

 

M. BOUTON Alex
La Petite Savetière
61370 SAINTE-GAUBURGE-SAINTE-COLOMBE
Mobile : 06 42 67 67 80