Annuaire Pro Drone

Rechercher un Pro

Les pompiers du Puy-de-Dôme viennent de créer leur unité drone.

L’utilisation des drones lors d’interventions des pompiers a été mis en lumière lors de l’incendie de Notre Dame. Le Service départemental d’incendie et de secours du Puy-de-Dôme (Sdis 63) vient de créer son unité dédiée aux drones cette année. Elle est actuellement l’une des seules de la région.

L’unité drone existe au SDIS du Puy-de-Dôme depuis le 1er janvier 2019. La réflexion s’est faite au cours de l’année 2018, sous l’impulsion du capitaine François Vogel. Sapeur-pompier mais aussi pilote et instructeur d’avion, il a été à la pointe pour créer cette unité, depuis son arrivée dans le Puy-de-Dôme en 2017. Depuis, 7 télépilotes ont été formés à ce type d’engins, dont plusieurs sont pilotes d’avions et d’ULM.

5 à 6 interventions depuis le début de l’année

Les sapeurs-pompiers sont intervenus sur le terrain avec leurs drones pour des feux de végétation ou de forêt comme à Durtol ou Saint-André-Le-Coq. Ils ont aussi été mobilisés lors de l’incendie du centre Pomel à Issoire le 5 janvier dernier. “A Durtol, les accès étaient délicats. On a mis le drone en vol à une centaine de mètres de hauteur. Cela nous a permis de voir que le feu était localisé sous une ligne à haute-tension. Donc, on a pu envoyer les moyens là ou il fallait” explique le capitaine François Vogel. Plus rarement, un drone a pu être utilisé pour la recherche de personnes disparues, mais il n’a pas donné de résultats convaincants.

Le SDIS possède 4 drones, dont un avec une caméra thermique dans leur flotte. Ils peuvent être engagés sous la responsabilité d’un COS (Commandant des Opérations de Secours), ou par anticipation du CODIS (Centre Opérationnel Départemental d’Incendie et de Secours). Un ou deux télépilotes peuvent être engagés selon la difficulté de l’intervention. “En une minute, le drone peut être opérationnel” explique le capitaine François Vogel. Les premiers retours ont été très positifs, notamment dans l’intervention au centre Pomel. “On a pu repérer les points chauds”, notamment au niveau de la toiture, où le feu brûlait…

Lire la suite sur francebleu.fr.