Annuaire Pro Drone

Rechercher un Pro

Le drone, un troisième œil très utile aux pompiers de l’Yonne

Depuis 2018, les sapeurs-pompiers de l’Yonne peuvent compter sur une unité drone. Trois pilotes professionnels sont prêts à intervenir en soutien lors d’interventions.

Ils peuvent compter sur une aide venue du ciel. Au cours de certaines opérations, les pompiers de l’Yonne sont parfois assistés par un drone. Depuis plus d’un an et demi, le service départemental d’incendie et de secours compte une unité spécialisée, composée de trois pilotes. La concrétisation d’une année de réflexion.

Recrutés pour leurs compétences

“Il s’agit de trois télépilotes professionnels dont c’est le métier, explique le capitaine Vincent Bruey, responsable de cette unité drone. Une convention a été passée avec leur entreprise. Nous les avons recrutés pour leurs compétences. Ils sont aujourd’hui pompiers volontaires avec le grade d’officier-expert.”

Ces trois pilotes sont situés au nord, au centre et au sud du département. Un trio qui permet de bien mailler le territoire. “Jusqu’à présent, les drones ont pu être déployés à chaque fois qu’ils étaient nécessaires.”

De gauche à droite : Pierre-Alexandre Dardoise, Jean-Baptiste Horton et Guillaume Molteni. Photo SDIS 89
L’année dernière (la première année pleine pour cette nouvelle équipe), les drones ont été utilisés au cours de 34 interventions. “Dans 2/3 des cas, ils ont été sollicités pour des feux en espaces naturels au cours de la période de juillet à septembre”, précise Vincent Bruey. Par huit fois, les appareils ont été utilisés pour des opérations de thermographie.

Parfaire la phase de reconnaissance

L’intérêt de ces drones est multiple. “Pour le moment, nous n’avons pas trouvé d’intervention où l’appareil s’est s’avéré inutile. Il offre un œil déporté et une vision à 100 ou 150 mètres du sol. Le drone permet de parfaire la phase de reconnaissance.”

Dans certaines situations, il est utilisé pour ne pas exposer les soldats du feu. “Cela a été le cas lors de l’incendie d’un véhicule GPL à Avallon : le drone a été envoyé en reconnaissance.” Des exercices ont été effectués pour permettre à l’avenir d’utiliser le drone en milieu périlleux, dans des endroits difficilement accessibles.

Lors de l’incendie d’un véhicule GPL à Avallon : le drone a été envoyé en reconnaissance.

Depuis le début de l’année, les pilotes ont été appelés en renfort par trois fois. Un rythme d’intervention moindre qui s’explique par le contexte sanitaire et la baisse générale des interventions du Sdis. La dernière utilisation du drone remonte à avril, lors de l’incendie d’un site industriel à Flogny-la-Chapelle.

D’après www.lyonne.fr.