Annuaire Pro Drone

Rechercher un Pro

Le drone, nouveau couteau suisse agricole.

Sylvie Brichet et Alain Le Bougeant, de la technopole Anticipa Lannion-Guingamp organisent la journée Smart-Agri, où les drones auront la part belle.

Un drone, c’est juste un petit hélicoptère ?

Alain Le Bougeant. C’est un véhicule autonome, pas nécessairement volant, que l’on peut équiper d’un appareil photo, d’une caméra, classique ou thermique, de capteurs, d’un spectromètre, d’un radar… Ces instruments capables de faire des mesures rapportent des informations sur le vol, qui sont ensuite analysées.

Qu’est-ce que les drones peuvent apporter aux agriculteurs ?

Sylvie Brichet. De la précision. On peut connaître le meilleur moment pour récolter, détecter de façon précoce des maladies, savoir si une zone d’une parcelle est en stress hydrique et traiter de façon spécifique, calculer la bonne dose de fertilisant, connaître les dégâts sur une parcelle pour se faire indemniser… C’est un outil d’aide à la décision, complémentaire de l’œil humain.

À quoi sert le CTDO, le centre technologique drone Ouest, créé en septembre à Lannion ?

Alain Le Bougeant. C’est un facilitateur d’usages de drone. La ligne aérienne régulière n’existe plus à Lannion mais l’aéroport est toujours là et il a de valeur : son personnel, sa piste et ses infrastructures peuvent servir à des expérimentations à base de drones. On ne peut pas faire voler un drone n’importe où, ça suppose de respecter une réglementation contraignante, de rédiger un protocole pour demander à voler, d’appeler la tour de contrôle… À l’aéroport, et bientôt dans un couloir aérien vers la mer, ces démarches seront facilitées. C’est ce que j’expliquerai lors de mon intervention à Smart-Agri.

D’après www.ouest-france.fr.